Par défaut

Actuellement se déroule dans la région du Centre (elle-même comprise dans le Hainaut si j’ai bien suivi) a lieu durant une dizaine de jour Ottokar. La région du Centre, c’est cette région que je trouve tellement vallonnée – ça monte, ça descend tout ça sur des pavés, un vrai bonheur en bagnole …

– Ottokar c’est quoi ? (Imaginez cette question posée par Sarkozy)

– Ottokar est une opération qui se déroule chaque année autour du 20 mars (Journée Mondiale du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse, ah ouais ?!) dans une région différente de la Wallonnie. En fait, ce qui est cool c’est que ce temps fort itinérant est organisé par les opérateurs culturels de la région où il a lieu en s’appuyant réellement sur les acteurs locaux.

Tout ça pour vous dire que hier (vendredi), je suis allée dans le cadre de cet événement à un colloque intitulé (Im)pertinence qui comme vous l’avez devinez parlait de … l’impertinence. C’était ma foi fort intéressant. Un panel d’intervenant pluridisciplinaire issu à la fois du monde universitaire mais aussi du domaine social et artistique.

– Alors l’impertinence c’est quoi ? (Idem repensez à Sarkozy !)

Vous le voyez là, avec ses épaules qui remuent ? (Savez-vous que Libé avait réussi à l’ imiter  à l’écrit, moi je dis chapeau !) Attention, l’impertinence, ce n’est pas du foutage de gueule (Meuh, nous, nous sommes des gens modestes)

– Donc l’impertinence, d’après ce que j’ai retenu, c’est un fait individuel (en tout cas c’est plus facile seul qu’en groupe), qui n’est jamais gratuite (sinon, pour moi il s’agit de la provocation) mais qui a toujours un coût (comme se faire sucrer des subsides, ce qui est con … surtout actuellement).  Présente peut être plus chez  les pauvres et moins chez les riches mais l’impertinence fait cruellement défaut au milieu associatif (enfin la fin justifie les moyens … et les subsides)

L’impertinence est une rupture, un moyen de répondre à une pulsion destructrice voir même je crois un arme de défense très intelligente.

Cette journée fut chouette, les intervenants  furent pour la plupart de qualité et le discours de haut niveau (trop haut parfois pour moi).

J’ai été notamment très touchée par l’intervention de Christine Mahy (Secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté) qui par son engagement et son militantisme a inspiré le respect à plus d’un.

Dimanche suite d’Ottokar (Quatrième du nom) avec la journée de la lenteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s