Le travail vient en travaillant …

Par défaut

Comme je l’annonçais dans mes postes précédents, je me remets doucement mais surement à la recherche d’un emploi pour septembre prochain.

La recherche d’emploi est une chose étrange. Je constate simplement que pour trouver du travail, il faut posséder un optimisme, une énergie et un bagout dont aucune Unité d’Enseignement Universitaire n’a su me doter.

Première constatation : la recherche d’emploi (et donc l’absence  de perspectives concrètes) est une expérience digne des pires films d’horreur.

Perte de temps (après une cinquantaine de candidature restées vaines, on se demande si on n’aurait pas mieux fait de pousser la porte du macdo) épuisement moral, culpabilité (pourquoi moi ?), remise en question,  incompréhension, (règles implicites, à géométrie variable, crise, manque d’expérience, vieillesse), colère …

Remarquons que comme le héros du film d’horreur, le chômeur va de péripéties en péripéties, de moments d’optimisme de courte durée en moments d’abattement plus ou moins long, des loopings émotionnels qui font de lui lorsqu’il est venu à bout … de sa recherche d’emploi bien sûr, un autre homme.

La plupart des psychologues du travail vous le diront (souvent lors d’un bilan de compétences) « il ne faut pas voir la recherche d’emploi comme une épreuve mais plutôt comme une chance. Oui ! La chance de vous découvrir en tant qu’être humain, d’aller à la recherche de vos désirs les plus profonds et enfin d’exercer un métier où vous serez en  phase avec vous même. Le chemin est long et difficile mais il faut savoir tirer le meilleur partie de cette expérience qui vous permettra dans la douleur de vous reconnaître. Et les recruteurs … bla, bla bla … »

Deuxième constatation : le travail vient en travaillant

Vous l’aurez tous reconnu, cette maxime de mon cru personnel est calquée sur le proverbe « L’appétit vient en mangeant ». L’idée est que trouver du travail après une période de six mois de chômage est une gageure. Comment faire rêver le recruteur si vous vous comportez en couguar affamée.  Ce qui est drôle c’est que souvent les opportunités se présentent pas le biais du monde professionnel, autrement dit parce que vous êtes en place … Donc je vous laisse réfléchir … comment maintenir son réseau sans être in da place ?

Troisième constatation : L’expérience est la clef

Comme on ne prête souvent qu’aux riches. La recherche d’emploi se doit d’être faite de manière rigoureuse et sérieuse. Mais cela peut parfois donner lieu à des situations inconfortables. J’ai reçu le mois dernier un mail m’annonçant que mon CV avait attiré l’attention d’une recruteuse. (Danse de la victoire, de la pluie et du jour béni). Cela n’est pas allé plus loin car j’étais encore Avignon et la personne voulait absolument que je me déplace sous les huit jours alors que j’avais explicitement averti dans la lettre que je ne serai disponible en août.

Quatrième constatation : De toute manière en aout c’est mort c’est les vacances !

Conclusion : Je reste positive/ sereine et m’appuie sur des personnes de confiance.

 

ET JE FAIS DU TRICOT !

 

Publicités

Une réponse "

  1. Je ne suis pas d’accord avec ta troisième constatation: J’ai de l’expérience, et si j’ai la clé, apparemment je n’ai pas encore trouvé la bonne serrure …
    Mais le reste est vrai, et joliment dit 😉
    Bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s