Archives de Catégorie: Uncategorized

Une écharpe pour deux

Par défaut

 Suite à la réalisation d’une écharpe pour la maman,  j’ai eu l’idée de faire une écharpe format réduit en cadeau pour sa petite Emilie.

L’écharpe version adulte est tirée du livre Apprendre à tricoter édité aux Editions marie claire avec la participation de l’enseigne Phildar. J’ai repris l’écharpe que je trouvais un peu large. Du coup, elle est beaucoup moins longue que prévu et j’ai fait avec les deux pelotes qui me restaient une petite écharpe pour la petite Emilie. Tout ça au point de riz ! Mon point fétiche qui me donne l’impression d’être une pro malgré mon niveau grande débutante ! 

Modèle Lucie :  aig. 7,  4 pelotes rouges de partner 6 tricotées en double au point de riz avec deux fentes pour passer un des bouts de l’écharpes / Modèle Emilie : aig. 6,5, laine idem, 12 cm de large pour 90 cm de long).

J’ai d’ailleurs trouvé un super page sur le blog La Roulotte de Théo’Fil … et Elie-Fée ! renseignant sur les dimensions des écharpes pour adultes, enfant, et bébé. Vu les dimensions de la mienne, il est fort probable qu’Émilie ne la mette pas avant ses 2 ans !

J’ai ajouté des nœuds. Merci qui ? Merci Knit Spirit ! Pas pour les caches-misères mais pour le super tuto  qui donne envie de mettre des noeuds de partout !

Bon au programme dans les jours à venir,  relancer ma recherche d’emploi car depuis une grosse semaine j’ai pas vraiment produit grand chose ! Et des headband (voir même un Défi’13 : Yes !), des snoods et un nouveau cadeau de naissance pour une petite Anaïs  !

Un petit concours super sympa !

Par défaut

En surfant sur la blogosphère, on trouve  des trucs super sympas !  A l’occasion de son centième post  sur son blog, Isa vous  propose de gagner une super pochette !

DSC06655

Mais c’est pas tout, Anémone s’est associée à ce concours et a mis en enjeu une planche de transfert « Les Moustaches » de chez Fibre & Créations !

Ce qui fait au total  cinq chances de gagner ! Vous avez jusqu’au 29 septembre minuit pour participer !

les-moustaches

Giotto, gelati e Chianti

Par défaut

Sur le trajet retour, j’ai  longtemps réfléchi à la possibilité d’intituler cet article « Le camping really sucks ! » mais comme je suis devenue depuis peu une adepte de la pensée positive j’ai préféré relater les moments les plus magiques de mon périple en Toscane (qui ne manquent pas !). Nous avons débuté par un arrêt à La Spezia où nous avions prévu de faire une pause avant d’atteindre le dit-camping. Ce fut une superbe idée nous avons pu nous baigner en admirant le coucher de soleil profitant seuls d’une mer ligurienne aux températures digne des Caraïbes (fin de pseudo-canicule oblige !). Le lendemain nous avons attaqué la Toscane assez raisonnablement par la visite de Lucques. Magnifique petite ville médiévale, très agréable, un peu moins connue que ses consœurs Pise, Florence ou Sienne. Nous avons décidé de consacrer trois jours à Florence. Nous avons pu faire en autre une visite guidée des pièces cachées du Palazzo Vecchio (vraiment très instructive) et avons arpenté la Galerie des Offices (Que de belles choses !) et monter en haut du Duomo. Nous sommes aussi allé à Sienne. Nous avons adoré cette ville beaucoup moins bondée que Florence  puis nous avons terminé par Pise et sa fameuse tour !

Le travail vient en travaillant …

Par défaut

Comme je l’annonçais dans mes postes précédents, je me remets doucement mais surement à la recherche d’un emploi pour septembre prochain.

La recherche d’emploi est une chose étrange. Je constate simplement que pour trouver du travail, il faut posséder un optimisme, une énergie et un bagout dont aucune Unité d’Enseignement Universitaire n’a su me doter.

Première constatation : la recherche d’emploi (et donc l’absence  de perspectives concrètes) est une expérience digne des pires films d’horreur.

Perte de temps (après une cinquantaine de candidature restées vaines, on se demande si on n’aurait pas mieux fait de pousser la porte du macdo) épuisement moral, culpabilité (pourquoi moi ?), remise en question,  incompréhension, (règles implicites, à géométrie variable, crise, manque d’expérience, vieillesse), colère …

Remarquons que comme le héros du film d’horreur, le chômeur va de péripéties en péripéties, de moments d’optimisme de courte durée en moments d’abattement plus ou moins long, des loopings émotionnels qui font de lui lorsqu’il est venu à bout … de sa recherche d’emploi bien sûr, un autre homme.

La plupart des psychologues du travail vous le diront (souvent lors d’un bilan de compétences) « il ne faut pas voir la recherche d’emploi comme une épreuve mais plutôt comme une chance. Oui ! La chance de vous découvrir en tant qu’être humain, d’aller à la recherche de vos désirs les plus profonds et enfin d’exercer un métier où vous serez en  phase avec vous même. Le chemin est long et difficile mais il faut savoir tirer le meilleur partie de cette expérience qui vous permettra dans la douleur de vous reconnaître. Et les recruteurs … bla, bla bla … »

Deuxième constatation : le travail vient en travaillant

Vous l’aurez tous reconnu, cette maxime de mon cru personnel est calquée sur le proverbe « L’appétit vient en mangeant ». L’idée est que trouver du travail après une période de six mois de chômage est une gageure. Comment faire rêver le recruteur si vous vous comportez en couguar affamée.  Ce qui est drôle c’est que souvent les opportunités se présentent pas le biais du monde professionnel, autrement dit parce que vous êtes en place … Donc je vous laisse réfléchir … comment maintenir son réseau sans être in da place ?

Troisième constatation : L’expérience est la clef

Comme on ne prête souvent qu’aux riches. La recherche d’emploi se doit d’être faite de manière rigoureuse et sérieuse. Mais cela peut parfois donner lieu à des situations inconfortables. J’ai reçu le mois dernier un mail m’annonçant que mon CV avait attiré l’attention d’une recruteuse. (Danse de la victoire, de la pluie et du jour béni). Cela n’est pas allé plus loin car j’étais encore Avignon et la personne voulait absolument que je me déplace sous les huit jours alors que j’avais explicitement averti dans la lettre que je ne serai disponible en août.

Quatrième constatation : De toute manière en aout c’est mort c’est les vacances !

Conclusion : Je reste positive/ sereine et m’appuie sur des personnes de confiance.

 

ET JE FAIS DU TRICOT !

 

Deuxième étage, porte de gauche

Par défaut

Je ne vous ai toujours pas présenté mes collègues ! Voici donc une photo volée (d’où sa piètre qualité) sur le blog de Promotion Théâtre. Je travaille au quotidien avec Emile, Julie Anaïs et Sophie mais nous partageons nos bureaux avec deux autres institutions le Centre des Écritures Dramatiques de Wallonie Bruxelles et l’asbl Emile & Cie et nos temps de midi avec Marie, Caroline, Louisa, Vincent, Hélène, Lola, Jacques et Michèle. 

C’est le printemps !

Par défaut

Il fait beau !

Le beau temps me rappelle que l’an dernier à la même époque je m’esquintais les mains à récurer salles de bain et cuisines d’autrui ! Cette année, mes doigts potelés se posent délicatement sur un clavier gris souris et mon cerveau exulte de se voir si bien employé !

Mais cela a un coût ! Je suis sur les rotules. Fatiguée, j’en oublie d’être bien disposée, souriante, je traine de-ci de-là mes grands yeux cernés vides de toute chaleur, humour ou bienveillance.

Bon tout s’arrange,  j’écoute les meilleurs titres de Nina Simone, regarde un bon Nick Cassavetes (où je pleure invariablement) et me replonge dans le web à la recherche d’une bonne offre d’emploi !

Bah oui ! Chez moi le printemps me donne envie de faire peau neuve à mon CV (sa dix septième, je crois :D) et de me pencher sur mon avenir ! Que vais-je faire ? Éternelle question !

Mes sens en alerte et mon radar à ondes positives déclenché, je reste optimiste et parcours le web à la recherche de bonnes idées et de bons plans … pour ne pas rester en plan !